Archives du mot-clé SneSup

Requiem pour un secrétaire général

Crédits : gunthert sur Flickr

Maintenant que le mouvement universitaire entre en apoptose, il va falloir tirer les leçons du énième échec d’une mobilisation universitaire qui reflétait pourtant un malaise bien réel. Le fond de la crise universitaire, en France comme dans beaucoup de pays d’Europe (des campus madrilènes à ceux des états baltes) repose d’abord sur le sous-financement bien connu de leurs universités par rapport à celles du nord de l’Europe. Mais chez nous elle se double d’une indéniable crise de la représentation universitaire et du système caporalisé issu de l’empire et consolidé par la troisième république.

Par un hasard du calendrier, cette crise agonise alors que se réunit le congrès du SNESup, syndicat majoritaire qui affiche 6 000 adhérents soit moins de 7 % de l’ensemble des enseignants du supérieur. La lecture du rapport d’activité de la direction sortante montre bien l’autisme dont elle a fait preuve depuis que l’actuel secrétaire général a pris ses fonctions en 2005. Les déclarations de victoire devant le moindre recul du ministère ne peuvent masquer l’absence totale d’un projet pour une université moderne et ouverte au monde tel qu’il est. En réalité si la direction sortante a refusé de participer aux négociations récentes c’est moins par un souci de suivisme vis-à-vis des « sauvons quelque chose », dirigés par des énergumènes sans aucune légitimité élective et à la légitimité universitaire incertaine, mais parce qu’elle n’avait aucune plateforme revendicative cohérente et crédible incluant aussi la possibilité d’un compromis. On est à mille lieues des grandes négociations que nous avons menées dans le passé avec des gouvernements de droite (Saunié-Seïté, Soissons) dans des contextes ô combien plus difficiles !

Finalement la seule bonne nouvelle de ce congrès c’est l’annonce du départ du secrétaire général. Continuer la lecture

Ne pas baisser la garde dans l’application des réformes.

crédits: kathryn_rotondo sur flickr

Il est maintenant évident que le mouvement multiforme qui se développe depuis plusieurs semaines rassemble des intérêts contradictoires. Les rénovateurs de 68, ceux qui ont créé Vincennes et Villetaneuse, ceux qui ont impétueusement chamboulé l’organisation universitaire à Nanterre, doivent se retourner dans leurs tombes en lisant les propos conformistes et conservateurs de la coordination universitaire. De critique du système existant point, de la remise en cause de la sélection précoce à l’école point, de la contestation de la prévalence des soit disant Grandes Ecoles, point. Une affirmation, contredite par toutes les analyses récentes, que notre recherche et notre enseignement supérieur restent les meilleurs du monde. Et la conjonction dans la défense de nos « pauvres avantages acquis » avec la droite universitaire. Signe le plus patent de l’affaissement généralisé de l’institution. Continuer la lecture

Universités : ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain.

crédits : JaHoVil sur Flickr

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à l’ANPE a encore progressé de 45.800 en décembre 2008, atteignant 2,11 millions. Cette donnée porte la hausse du nombre d’inscrits à l’ANPE à plus de 217.000 sur l’ensemble de 2008, soit une augmentation de 11,4 %, chiffres confirmés par Laurent Wauquier, secrétaire d’Etat chargé de l’Emploi.

Alors que le Gouvernement table toujours officiellement sur une progression du PIB comprise entre 0,2 et 0,5%, la ministre Christine Lagarde a expliqué aux journalistes, dans le train qui l’emmenait à Lyon pour le Comité interministériel d’aménagement et de compétitivité des territoires, qu’elle s’attendait à une décroissance en 2009.

C’est dans ce contexte que se développe la protestation universitaire. Les différents médias constatent que ces appels à la grève émanent de syndicats et d’associations de droite (Autonome Sup, Défense de l’université) comme de gauche (SneSup), voire du marais corporatiste (Qualité de la science, Sauvons la recherche, Sauvons l’université).

Continuer la lecture