Archives du mot-clé refonder

Une sage décision et une intrusion intempestive

credits: Dom Dada - flickr

Les conseils de Paris-Sorbonne ont voté hier pour une reprise des cours et l’organisation d’examens. Selon l’AEF (Dépêche n°114265) , les trois conseils ont également adopté une motion de soutien au président Georges Molinié dans laquelle ils « condamnent avec la plus grande fermeté » les « attaques indignes » dont ce dernier « fait l’objet depuis plusieurs jours, et qui, à travers sa personne, portent atteinte à l’institution universitaire elle-même ». Je compte bien dans quelques jours faire le bilan de ses trois derniers mois, montrer où sont les véritables responsabilités et dégager quelques raisons d’espérer. Mais sans attendre, je veux dire aux étudiants et aux universitaires de Paris-Sorbonne qu’ils ont choisi là la voie de la sagesse. Je veux leur dire que les universitaires de Paris Universitas sont solidaires avec eux quelle que soit par ailleurs leur appréciation sur le fond et la forme du mouvement qui s’achève. Je veux leur dire qu’il conviendra le moment venu de réfléchir tous ensemble sur l’avenir de nos institutions. Je leur ferai la démonstration que l’autonomie dans l’union c’est la seule voie pour l’avenir de nos établissements, face à un Etat qui a d’autres priorités quoi qu’il en dise. Cependant, la première leçon que je tire, à chaud, de ce conflit c’est que l’on ne pourra avancer en faisant l’économie d’une réflexion sur ce qu’est l’université aujourd’hui, sans prendre en compte le monde tel qu’il est aujourd’hui, sans considérer l’espace européen de l’enseignement supérieur et de la recherche qui doit être, dorénavant, notre bassin de naturel de recrutement. De la même façon nos universités, dont nous tenons à ce qu’elles restent publiques et présentent à l’avenir une alternative réelle à la privatisation rampante, ne pourront le faire qu’en étant d’abord au service du public, que ce soit pour les études initiales ou les reprises d’études, et de la population qui assure la totalité de leur financement. Elles doivent donc être gérées et bien gérées, elles doivent se mettre à l’abri des commandos, elles doivent redevenir le lieu d’un habeas corpus maîtrisé dans le cadre de leur autonomie. Ses syndicats devront y développer des actions revendicatives qui ne mettent pas en danger l’avenir des étudiants et en particulier des étudiants les plus fragiles au même titre qu’ils protègent les activités de recherche.

Quelques jours auparavant, le 13 mai une brochette d’universitaires se sont autoproclamés refondateurs de l’université française. Continuer la lecture