Archives du mot-clé Pierre Veltz

Le naïf du plateau des mille vaches

On a connu Pierre Veltz[1] plus inspiré. Il se lamente dans une interview à l’AEF[2] sur le fait que le monde universitaire français ait perdu le côté festif, associatif, créatif, mais aussi intellectuel et culturel qui ne serait résiduel « que dans les  grandes écoles qui vivent en petits mondes fermés ». Avec un romantisme à vous couper le souffle, il décrit ce qu’à ses yeux devrait être le campus de Saclay : « un campus qui ressemble à un campus. C’est-à-dire qui permette une vie de campus. Nous allons réhabiliter la marche à pieds à Saclay ! Sur le plan spatial, il faut donc regrouper les acteurs, combattre la dispersion et l’étalement ».

Réhabiliter la marche à pieds à Saclay ? Pourquoi pas, mais il faudrait savoir de quoi on parle exactement et qui est concerné. Si on jette un coup d’œil sur le projet de cluster scientifique et technologique pour le plateau de Saclay tel qu’il est présenté par le secrétariat d’état chargé de la région capitale on ne peut qu’être consterné :

Alors que tous les indicateurs internationaux reposant sur les activités de recherche désignent l’université Paris Sud comme la seconde université française après l’UPMC, celle-ci n’apparait pas comme étant au cœur du dispositif mais au contraire comme un élément marginal. On voit bien que sur ce cluster existent deux zones distinctes sur un espace qui excède 10 000 hectares. Et si l’on considère le fameux triangle sud auquel Pierre Veltz se réfère, dont le sommet est au nord à Jouy-en-Josas et la base constituée par une ligne allant de Gif-sur-Yvette à la gare TGV de Massy-Palaiseau en passant par la faculté des sciences d’Orsay, soit près de  4 000 hectares, il vaudrait mieux compter sur un robuste système de transport propre au campus que sur la marche à pieds où sur le réseau de bus en site propre prévu qui évite d’ailleurs soigneusement le site principal de l’université pour ne considérer que les éléments nobles que sont l’école polytechnique, le CEA et HEC et quelques laboratoires sélectionnés de l’université. Ce simple rappel des faits montre qui commande en l’occurrence, et la présidence de l’université Paris-sud, totalement discréditée chez les collègues universitaires, Continuer la lecture