Archives du mot-clé maîtres de conférences

Universités : ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain.

crédits : JaHoVil sur Flickr

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à l’ANPE a encore progressé de 45.800 en décembre 2008, atteignant 2,11 millions. Cette donnée porte la hausse du nombre d’inscrits à l’ANPE à plus de 217.000 sur l’ensemble de 2008, soit une augmentation de 11,4 %, chiffres confirmés par Laurent Wauquier, secrétaire d’Etat chargé de l’Emploi.

Alors que le Gouvernement table toujours officiellement sur une progression du PIB comprise entre 0,2 et 0,5%, la ministre Christine Lagarde a expliqué aux journalistes, dans le train qui l’emmenait à Lyon pour le Comité interministériel d’aménagement et de compétitivité des territoires, qu’elle s’attendait à une décroissance en 2009.

C’est dans ce contexte que se développe la protestation universitaire. Les différents médias constatent que ces appels à la grève émanent de syndicats et d’associations de droite (Autonome Sup, Défense de l’université) comme de gauche (SneSup), voire du marais corporatiste (Qualité de la science, Sauvons la recherche, Sauvons l’université).

Continuer la lecture

Universités : oui, une plus grande souplesse dans les statuts est nécessaire

crédits: gadl sur flickr

Oui une plus grande souplesse dans les statuts est nécessaire, oui les rémunérations doivent être revues, mais là encore, il faut laisser jouer l’autonomie. L’Etat ne doit pas se mêler de tout.

Au sein de l’université Pierre et Marie Curie coexistent deux secteurs. Le secteur des sciences, soumis à la règle stupide des 192 heures d’équivalent de travaux dirigés. Un cours valant une fois et demie le temps d’un enseignement dirigé et deux fois le temps d’une séance de travaux pratiques, alors qu’en sciences, l’effort pédagogique principal ne peut se concevoir qu’en groupes constitués d’un petit nombre d’étudiants assorti d’un dialogue fort avec les enseignants. De son côté, le secteur médecine dont la seule règle est que les hospitalo-universitaires soient présents cinq jours et demi par semaine, dont cinq demies journées, en principe, consacrées à l’hôpital, sans obligation formelle d’enseignement et avec de très fortes disparités. De plus, ces personnels reçoivent une rémunération accessoire pour leurs activités hospitalières qui se traduit environ par un doublement de leur salaire. Bref deux poids, deux mesures !

Continuer la lecture

Non, le Père-Noël ne sauvera pas l’université française.

…Seuls les universitaires le peuvent à condition qu’ils se bougent !
(en réponse à Oldcola sur ma note précédente).

En plus du débat sur l’autonomie, le débat sur la réforme des statuts fait rage. Mais les deux logiques sont évidemment liées. D’un côté les tenants du « tout Etat » qui font absolument confiance aux comités nationaux pour les promotions et l’attribution des primes. De l’autre ceux qui comme moi pensent qu’il est beaucoup plus aisé de vérifier la véracité des rapports d’activités y compris de recherche, l’effectivité des fonctions enseignantes et administratives par des dispositifs de proximité.  Ne nous berçons pas d’illusions, les réseaux ça existe et plus leur cible est éloignée du terrain moins leur action est transparente. Encore faut-il qu’un consensus existe sur l’égale grandeur du métier d’enseignement et du métier de chercheur.

Continuer la lecture