Archives du mot-clé communiste

Mélinée Manouchian

manouchian

Le mois dernier je célébrais dans mon blog  le cinquantième anniversaire de la mort de Gérard Philippe, anniversaire passé quasiment sous silence par la presse révisionniste. Comment célébrer la mémoire d’un jeune résistant idole de la jeunesse d’alors, compagnon de route du parti communiste décédé avant d’avoir eu la tentation de renier son passé ! C’est insupportable pour la « bobolâtrie » de gauche et gauchiste et encore plus pour la droite amnésique.

Aujourd’hui cela fera 20 ans que disparaissait Mélinée Manouchian épouse de Missak Manouchian. Manouchian, arménien qui, selon les nazis, ne fut qu’un chef de bande responsable de 56 attentats, 150 morts, 600 blessés, également poète, journaliste et militant communiste arrêté le 16 novembre 1943 à Évry Petit-Bourg et exécuté l’année suivante. Il était responsable de la MOI-FTP pour la région parisienne. L’affiche rouge de Louis Aragon créée en 1953 et qui fut immortalisée par Léo Ferré puisait sa source dans la dernière lettre de Missak à Mélinée .

Cette lettre fut précisément lue en public par Gérard Philippe en 1953 : lire la lettre

Pendant la guerre froide, le Parti communiste français fût accusé d’avoir lâché Manouchian, mais s’il est de fait que la décision qu’il prit, alors que l’étau se resserrait sur les résistants parisiens de poursuivre les activités militaires de la MOI-FTP à Paris peut être discutée, et elle l’a été, il ne fut en rien responsable. En réalité certains historiens prétendaient que le PCF, soucieux de redorer son blason cocardier, aurait sacrifié délibérément les combattants de la MOI aux noms trop juifs et à l’accent si peu national dans un but de « tricolorisation » du Parti. En 1983, Adam Rayski, qui au sein du parti fut responsable de la MOI et de la section juive, indiqua clairement que Manouchian était persuadé qu’il s’agissait de Joseph Davidovitch, commissaire politique des FTP-MOI depuis juin 1943. Voici ce qu’il déclara à l’époque : Continuer la lecture