Bonne année 2009

Bonne et heureuse nouvelle année, en espérant que notre lutte pour une autonomie réelle et complète ne se traduise pas par son contraire, c’est à dire plus de contrôle bureaucratique de l’Etat et moins de démocratie à l’intérieur des universités. Plus que jamais l’exigence d’un budget global permettant à nos universités de rattraper leur retard et celle de la dévolution des biens impliquant la maîtrise d’ouvrage de leur adaptation et de leur entretien, sans lesquelles il n’y aura pas d’autonomie véritable, sont d’actualité. L’année de l’astronomie ne doit pas être celle des astrologues et des prestidigitateurs et l’année du boeuf devenir l’année du chien.
Parmi les cadeaux que j’ai reçu pour noël, j’ai reçu de mon fils l’excellent livre de Alain Dugrand et Frédéric Laurent sur Willie Munzenberg. Sans approuver toutes les thèses fortement inspirées par la mouvance 4ème internationale, la description précise et détaillé des combats sociaux et révolutionnaires des cinquante premières années du XXème siècle donne à réfléchir sur les occasions perdues, le sectarisme et finalement les catastrophes qu’elles ont engendrées. J’en tire pour ma part, en ces temps de crise économique et sociale grave, que rien n’est plus urgent que les échanges entre jeunes européens et du monde entier pour les surpasser. Oui l’Europe sans frontières est un progrès, oui les échanges Erasmus ou autres doivent être encouragés, oui la jeunesse dois faire un retour au politique face à l’omni-présence du tout commercial. Oui il y a encore l’espoir pour des lendemains qui chantent.
Gilbert Béréziat