Le Chaos

L’effet papillon de Twister est à l’œuvre, partout la jeunesse fait craquer les certitudes. Partout ? Oui sauf dans la couche moyenne de certains pays développés, dont la France,  saisie par la tentation de Venise, le « soul blindness », qui refuse de voir que le monde turbule. Dans la mythologie grecque, le chaos désigne la situation primordiale d’où est surgi l’univers. Le chaos c’est également une région géologique particulièrement désordonnée dégagée par l’érosion. Et pour les mathématiciens c’est un phénomène fondamental d’instabilité dont l’évolution n’est pas prédictible déjà décrit par le grand Poincaré sous le vocable de « sensibilité aux conditions initiales ». On peut donc dire que le monde actuel est en plein chaos, chaos du climat, chaos de l’économie, chaos de la démographie, chaos de l’internet, chaos du religieux. Partout les jeunes éduqués réclament ce qu’ils estiment être leur dû et de ce fait contaminent ceux qui, dans les faubourgs surpeuplés du non droit, le sont moins. La notion de liberté du travail si chère au patronat craque de partout car c’est le droit au travail, le droit à une vie décente qui prend corps et nul ne peut dire ce qu’il adviendra si nos sociétés sont incapables d’y faire face.

Ce jour anniversaire où le 7 mars 161, l’empereur Marc Aurèle, qui fut aussi un guerrier furieux qui persécuta les chrétiens mais surpassa tous les empereurs par la pureté de ses mœurs, accédait au pouvoir ; où les marins de Kronstadt, le 7 mars 1921, se portaient aux avant-gardes de la révolution bolchevick dont on sait ce qu’elle est advenue ; on ne peut ignorer que des situations dites révolutionnaires, où le pire côtoie souvent le meilleur, se déroulent dans le monde arabe.

La valse des maroquins qui se manifeste ces derniers mois montre que le chaos est aussi à l’œuvre chez nous. De ce point de vue on est tenté de dire que la révolution sarkozienne tourne en eau de boudin. La même année où pour renflouer à minima la cagnotte de la retraite des vieux, le notaire à la triste figure qui squatte Matignon met à contribution la plèbe. Dans le même temps il exonère de 2 milliard d’euros les malheureux puissants sous les applaudissements haineux de la vieille peau, ridée aux ultra-violets qui défend les contribuables des beaux quartiers. Le problème de Sarkozy c’est son incapacité à faire la part du nécessaire, de l’accessoire et de l’interdit. Il ne lui suffira pas de s’entourer de quelques transfuges, maintenant que les faux naïfs l’ont quitté où se sont faits virer ni de débiter sous son prompteur les âneries d’un électron libre qui trimbale son échokinésie sur les petits écrans pour se faire de nouveau adouber par les masses.

La planète est donc retournée aux conditions de la « soupe primitive » et nul ne peut prédire si l’humanité saura trouver la voie d’une nouvelle expansion. Mais pour l’heure laissons nous bercer par le New Young Pony Club et gardons nous de nous laisser abuser par le pseudo gavroche ou la blonde Leïra qui tente de nous faire oublier « Nuits et Brouillards ».

Palaiseau le 7 mars 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>